MORAINVILLIERS

Actualités/Actualités

Actualités

Les agriculteurs s'engagent à respecter de bonnes pratiques dans une charte de bon voisinage

Tous les médias se font l’écho des questions posées et des craintes concernant l’utilisation des produits phytosanitaires. Dans une commune dont le charme repose essentiellement sur les espaces naturels et agricoles qui occupent 80% de notre territoire, vous vous interrogez sans doute à ce sujet.

Les agriculteurs n’ont pas attendu les débats actuels pour améliorer leurs pratiques culturales et s’engager dans le cadre d’une CHARTE DE BON VOISINAGE. Ils y rappellent toutes les précautions qu’ils prennent régulièrement pour utiliser ces produits. En Ile de France, cette charte a déjà été signée en Seine et Marne et en Essonne, elle sera signée dans les Yvelines à l’occasion du salon des Maires, mi-octobre et dans le Val d’Oise, dans les semaines à venir.

 

Les grandes lignes de cette charte concernent :

- L’utilisation de produits autorisés et pour des usages et des cultures bien précisées,

- L’obligation de justifier d’une formation, non seulement pour les utiliser mais aussi pour les acheter, et maintenir ces connaissances à jour,

- Le respect de zones dites sensibles (établissements scolaires, médico-sociaux etc…) et de zones non traitées (bandes le long des cours d’eau …)

Vous pouvez retrouver le contenu intégral de cette charte, sur le site internet. http://www.ile-de-france.chambagri.fr

 

N’oublions pas non plus que nous sommes les premiers à utiliser des produits du même type, pour nous soigner, soigner nos enfants, nos jardins, nos plantes ou dans notre vie ménagère quotidienne.

 

J’attire votre attention sur 2 points :

Le 1er est que si les produits alimentaires que nous consommons ne viennent pas de France, ils seront importés de l’étranger, là où la traçabilité des produits est bien moins vertueuse. A ce titre, je vous invite à lire l’extrait d’un article de « The Economist » ci-après. 

Le second est que nous essuyons régulièrement des remarques sur l’entretien des espaces verts de nos communes. Soyons réaliste ! Le problème ne réside pas simplement dans un manque d’organisation de la communauté urbaine en charge de cette compétence. Il résulte aussi de l’application de la règle zéro phyto. Si le principe est louable, son application est compliquée car les solutions alternatives n’existent pas forcément et quand elles existent elles sont toujours plus couteuses, de l’ordre d’un tiers de coût supplémentaire.

 

Si je suis favorable à des modes de productions chaque jour plus vertueux, je suis très attachée à l’agriculture qui ceint nos espaces bâtis et ne souhaite pas qu’on la fasse disparaitre au nom de principes totalement irréalistes.

 

Fabienne DEVEZE,

Maire de Morainvilliers-Bures 

 

L'agriculture française primée : « Modèle le plus durable du monde » Chaque année, le magazine britannique « The Economist » publie l'indice de durabilité des modèles agricoles et alimentaires dans le monde. Pour la 3e année consécutive, la France est première au palmarès.

Élaboré par « The Economist Intelligence Unit », comprenant chercheurs, économistes et journalistes, l’indice de durabilité alimentaire (FSI pour Food Sustainability Index) est une étude comparative, permettant d'analyser les différentes façons de produire et de consommer dans 67 pays, représentant, à eux seuls, 90% du PIB mondial et environ 80% de la population.

 Chaque année, un score est attribué par pays, selon une quarantaine d'indicateurs, répartis en trois catégories :

- le gaspillage de l'eau et de la nourriture ;

- la durabilité des méthodes agricoles ;

la gestion des problématiques nutritionnelles.

 

Au regard de tous ces critères, le système agricole français est jugé comme étant le plus vertueux.

 (Source : site du Ministère de l’Agriculture et l’Alimentation)