MORAINVILLIERS

Actualités/Actualités urbanisme

Actualités urbanisme

La densification des constructions

A plusieurs reprises, j’ai été interpelée par certains d’entre vous, regrettant que j’autorise des constructions sur des trop petits terrains.

Peut-être êtes-vous nombreux à penser la même chose ! Il me semble donc utile de répondre publiquement sur ce sujet.

 

Dans un contexte où l’on estime que l’équivalent de la surface d’un département disparait tous les 7 ans des espaces naturels au profit de l’urbanisation, l’État n’a eu de cesse de priver les maires des outils qui leur permettaient de limiter l’urbanisation.

 

Si, dans les Plans d’Occupation des Sols, on trouvait auparavant une surface minimale pour qu’une parcelle soit constructible, avec une largeur de façade minimale sur rue, un Coefficient d’Occupation des Sols, tous ces outils sont aujourd’hui supprimés.

 Pour limiter la densification, le document d’urbanisme (Plan Local d’Urbanisme) ne dispose plus que de l’emprise au sol, des règles de prospects (distance des constructions par rapport aux voies et par rapport aux limites de parcelles) et du nombre de places de stationnement.

Même si je le regrette, il m’est donc souvent arrivé, d’être obligée d’autoriser des constructions sur des trop petites parcelles à mon goût. Et je suis effectivement persuadée, que dans ces cas-là, nous serons tous confrontés notamment à des problèmes de stationnement, beaucoup de personnes ne stationnant pas sur leurs parcelles privées mais en dehors.

C’est pour cette raison que nous restons très vigilants, notamment sur l’obligation de places de stationnement à l’intérieur de la parcelle et sur l’implantation du portail permettant un stationnement hors voirie.

Le phénomène est donc aussi de la responsabilité des propriétaires mais bien plus des aménageurs qui utilisent tous les outils pour densifier et rentabiliser leur activité.

Madame le Maire,

Fabienne Devèze.