MORAINVILLIERS

Découvrir Morainvilliers - Bures/Patrimoine

Patrimoine

L’Eglise Saint-Léger

D’après une lettre du Ministère de l’Education Nationale au préfet de Seine & Oise (les Yvelines actuellement) datant du 26 juillet 1937, l’Eglise de Morainvilliers est inscrit sur l’inventaire des Monuments Historiques.
Traditionnellement datée du second quart du XIIème siècle, elle est en fait très remaniée. Son clocher serait de la fin du XVIIème siècle. Avant la révolution il était garni de quatre cloches, aujourd’hui il n’en reste plus qu’une qui est datée de 1500. Elle porte le nom de LEGER du nom du titulaire de l’église. Nous trouvons les armoiries des Seigneurs de Morainvilliers et de Maule, sur la voute de la chapelle de la Vierge et dans le cœur de l’église. En 1864, la chapelle de la Vierge fut reconstruite après un incendie.

Le lavoir des Marottes

Le 18 juin 1887 le Conseil Municipal de la commune de Morainvilliers s’était réuni pour délibéré sur la nécessité de clore et de couvrir le lavoir dit des Marottes. Ce lavoir était utilisé par tout un quartier important de la commune ou les laveuses étaient trop exposées aux ardeurs du soleil en été et aux vents froids du nord l’hiver. Le projet fut adopté.
En 2003, un projet de restauration du lavoir a été réalisé par l’Association « L’eau Vive » sous la présidence de M. Gombert. Le chantier a durée près de quatre années et s’est achevé au mois de juin 2007. Il a représenté 6000 heures de bénévolat et un coût total de 7000 euros. Il existait autrefois plusieurs lavoirs, dont l'un est dit des Alluets car il était utilisé par les femmes de ce village voisin qui venaient y laver leur linge, l'eau étant rare sur le plateau.

Le château de Benainvilliers

Il est le plus ancien de Morainvilliers, il date du XVIIème siècle. Il appartenait à Mr et Mme BEDEL (des Déménagements BEDEL) qui l'avaient mis à disposition de l'Association des Dames Françaises dont Madame BEDEL était membre active. Cette association avait pour but de le transformer en hôpital auxiliaire pour la convalescence d'officiers blessés au front. Ils étaient envoyés par les hôtels Meurice et Ritz qui eux aussi étaient devenus hôpitaux militaires pour officiers.

Le château St André à Bures 

Il a été reconstruit en 1817 pour Félix Gonse, sa famille étant propriétaire du domaine depuis la fin de l'Ancien Régime. Le parc fut créé au cours du 19e siècle. La chapelle fut ajoutée de l'autre côté de la rue Sainte-Anne pour Madame Withcomb par l'entrepreneur Alphonse Dore en 1909.

Le château du Val Joli à Bures 

Ce château situé au fond d’une petite propriété fut acheté au XIXème siècle, vers 1876, par Madame Gabrielle Elluini. Ce château connu sous le nom du Val Joli s’appelait également « le Val Gabry » en l’honneur de sa propriétaire. Etant inhabité depuis un certain moment, elle le fit reconstruire en 1878.

Les croix

La croix Pasqué et la croix Boissec furent bénite le 8 avril 1776 par le curé Esnault afin de protéger les chemins.
La croix Pasqué si situait à l’angle de la route de Montamets et d’un chemin, il n’en reste plus que le socle en pierre. Quand à la croix Boissec il n’en reste rien.
En allant sur le hameau de Bures, il existe toujours une croix en pierre situé sur le talus de la route, c’est la croix de l’Orme. Une anecdote raconte que la propriétaire du château du Val Joly y déposait dans une cavité de l’argent en allant à la messe.

Les industries les plus anciennes sont celles des moulins à papier et à farine.